LES FRERES GAGNON

Qui sont les frères Gagnon dont nous allons parler ? Pas des descendants des compagnons de Samuel de Champlain, de ceux de Montcalm, mais des descendants des 3 habitants de Tourouvre dans le Perche qui ont quitté la France, pour avoir un avenir meilleur dans la Nouvelle France.

Les 3 frères Gagnon qui vont combattre en Europe sont nés à Saint Fabien de Rimouski (diocèse de Rimouski) au Québec. Ce sont les trois derniers enfants d'une famille de six, à la fois fermiers, bûcherons, défricheurs, sauf Gérard qui entrera dans les ordres. Antoine est l'ainé, le second André, la seule fille Yvonne, Gaudiose, Gérard et Jules-Alphonse. Ils sont orphelins de leur mère décédée vers 1920 et ce sont les grands parents qui se sont occupés d'eux.

LA GUERRE VA BOULEVERSER LEUR VIE TRANQUILLE

A la déclaration de guerre de septembre 1939, le Canada recrute des soldats pour aller combattre en Europe. Les centres de recrutement sont débordés. Gaudiose et Jules-Alphonse travaillent depuis quelques années dans l'ouest canadien dans le sud de la province du Saskatchewan. Nous ignorons quelles sont les raisons qui les poussent à s'engager. Ils signent leur engagement au South Saskatchewan Regiment et c'est à Brandon au Manitoba que nous les retrouvons.

Gaudiose

né en septembre 1915

 

Gérard

né le 22 janvier 1917

Jules-Alphonse

né le 20 avril 1918

  Jules-Alphonse

et

Gaudiose
 

 South

Saskatchewan

Regiment

Les South Saskatchewan débarquent en Angleterre en décembre 1939. Nous savons que la campagne de France de mai-juin 1940 ne laissera pas le temps aux troupes canadiennes de se joindre à la bataille. En 6 semaines, l'Armée Francaise est balayée, écrasée et la France est occupée. Le South Saskatchewan Regiment reste en Angleterre. Nos frères Gagnon échappe ainsi au sort malheureux de leurs camarades envoyés à Hong-Kong et qui seront massacrés ou affamés par les Japonais.

 

L'Etat-major du South Saskatchewan Regiment en 1942

Lorsque le raid de Dieppe est programmé pour le 19 août 1942, le South Saskatchawan Regiment est désigné pour y participer au sein de la Deuxième Division Canadienne. Affecté à l'État Major du Régiment, Gaudiose reste en Angleterre. Jules-Alphonse embarque le 18 août 1942 sur le L.S.I. Invicta, destination la plage de Pourville sur Mer. A 03H00, les soldats descendent dans les barges de débarquement. A 04h50, ils marchent sur les galets de la plage de Pourville. C'est la dernière fois que Jules-Alphonse Gagnon sera vu vivant par des camarades survivants du raid. Au matin du 20 août, les habitants d'Hautot sur Mer, requis par les Allemands, recueillent les corps de 81 soldats morts sur la plage ou sur les pentes de la vallée de la Scie. Parmi les corps, des hommes qui ne peuvent être identifiés, Jules-Alphonse est du nombre. Sa tombe porte la mention "un soldat canadien inconnu". Une stèle à l'entrée du cimetière porte cette mention "Enterré quelque part dans ce cimetière". Pour Jules-Alphonse, la guerre aura duré quelques minutes et il n'aura parcouru sur la terre de ses ancêtres que quelques mètres. Mais il a donné l'espoir d'une libération prochaine pour un tout un peuple.

La stèle de Jules-Alphonse

 

Buried elsewhere in this cemetary

J.A.GAGNON

SOUTH SASKATCHEWAN REGIMENT

19 Août 1942

  

Gaudiose, resté en Angleterre, ignore le sort de son frère. Pendant des mois, il espérera qu'il est prisonnier en Allemagne. Mais les récits des survivants, les listes de prisonniers transmises par la Croix Rouge ne laissent plus de doute. Jules-Alphonse ne reviendra pas. Il avait 24 ans.

Le frère Gérard est à cette période, religieux de la communauté de Saint Viateur à Villemontel en Abitibi (nord du Quebec). A l'annonce de la mort de son frère, il demande à ses supérieurs l' autorisation de s'engager à son tour afin éviter à un père de famille d'aller à la guerre. Permission accordée, il rejoint le Royal 22e Regiment R.C.I.C.. En juillet 1943, ce régiment, après un long périple se présente devant les plages de Sicile. Régiment de réserve de la 1ère Division canadienne, le régiment débarque le 10 juillet 1943 à 08h00 sur la plage de Pachino. Il ne reste pas longtemps en réserve et participe rapidement aux opérations de conquête de la Sicile. Le 30 juillet 1943, des attaques et des contre-attaques se déroulent sur le mont Santa Maria. Le Royal 22e Regiment perd 16 morts. Parmi eux, le lance-corporal Gérard Gagnon, il avait 26 ans. Il repose pour toujours au cimetière d'Agira au centre de la Sicile à 1700 kilomètres de son frère Jules-Alphonse et à 6 500 kilomètres du Québec. 15 jours avant sa mort il avait écrit une lettre (copie aux archives du Canada) à son frère Gaudiose. Elle parviendra à son destinataire quelques jours après la mort de Gérard. Pour son action au cours de la campagne, Gérard Gagnon sera nominé pour la Victoria Cross.

 

Le cimetière d'Agira (Sicile)

 FIRST DIVISION
Lance Corporal Gerard Gagnon
The Royal 22e Regiment
Sicily

In memory of
 Gérard GAGNON
Private
who died on July 30, 1943.

Service Number:
E/5044
Age: 26

 

Les décorations de Gérard Gagnon

Gaudiose Gagnon à la suite du décès de son frère Jules-Alphonse n'a pas voulu rester à l'Etat-major des South Saskatchewan. Il se retrouve en Italie avec la 1ère Division Canadienne où il est grièvement blessé. Rapatrié au Canada en 1944, il va pendant deux ans s'isoler, soignant tant ses blessures physiques que morales. L'armée canadienne va financer son projet de devenir "scaphandrier". Tout en exercant sa spécialité, il travaille dans un chantier maritime et se marie.Gaudiose décéde le 6 août 1988 à 72 ans. Il est probable qu'il pensait encore à ses frères.

Ces renseignements m'ont aimablement été communiqués par Agathe Gagnon-Morin, de Saint Zacharie (Québec), fille de Gaudiose.